Le Canal de Cassagnac

  

   Le canal "de Cassagnac" est un cours d'eau artificiel qui prend sa source sur l'Adour et le canal de l'Alaric à Tieste-Uragnoux au niveau de la digue des Charrutots et se jette dans l'Arros à Plaisance.

Long de 8 km, il a un tronc commun avec l'Alaric (Bas Alaric) sur 1,5 km jusqu'à leur séparation au diviseur de Belloc (commune de Jû-Belloc).

Canal de Cassagnac

Le canal route de  Barbat à Plaisance du Gers


Historique...

    Il a été creusé par Bernard Adolphe Granier de Cassagnac (1806-1880) alors député de la circonscription de Mirande qui obtint la concession par le  décret impérial du 7 juillet 1856. La première pierre fut posée le 7 octobre 1857 et l'inauguration du canal eu lieu le 11 mai 1861 en présence de M. le Vicomte de Gauville, préfet du Gers.

Le canal permettait d'alimenter la rive haute (gauche) de Plaisance et notamment les  Moulins "de Cassagnac" édifiés en 1863 pour le grand et 1864 pour le petit.

Bernard Adolphe Granier de Cassagnac Plaisance du Gers Couloumé Mondébat

B.A.G. de Cassagnac (1806-1880)


Il permettait également de réalimenter, sur sa rive gauche, le Las et la Barne, deux ruisseaux qui irriguent les communes de Jû-Belloc, Préchac, Galiax et Tasque.

Rive droite, par le soutien au ruisseau des Menjots, il réalimentait et réalimente encore l'Arros via le ruisseau de Larté en amont de la digue de Rousset au sud de Plaisance.


Sur la photo du début du XXème siècle ci-dessus on peut remarquer le débit important au niveau de l'embouchure du canal (2 mètres cube par seconde environ). Les minoteries fonctionnaient alors à plein régime.

 Aujourd'hui, le Canal de Cassagnac permet toujours de réalimenter le Las et la Barne mais permet aussi d'alimenter en gravitaire le lac de la base de loisirs de Plaisance (plan d'eau de 6,2 ha).

 

Depuis 2015, il est  utilisé pour alimenter, par pompage, le lac collinaire de la Barne ( à cheval sur les communes de Plaisance et Jû-Belloc). Ce lac de 20 ha, 1 millions de m3 et d'une profondeur maximale de 10 m permet de soutenir l'étiage de l'Adour lors des périodes de forte irrigation agricole. En effet, la réalimentation en été du sous bassin de la Barne et du canal par le lac permet de diminuer la dérivation concédée par l'Adour au niveau des Charrutots. Cela soulage le fleuve et permet donc de soutenir indirectement son étiage.

Le débit nominal de pompage dans le canal est de 720 m3/h ce qui permet de remplir le lac en 2 mois environ à la fin de l'hiver (février à avril).

 

Comme on le voit c'est un outil quasiment indispensable à la vie économique du bassin inférieur de l'Arros.

Voir ci-dessous un croquis du "Système Cassagnac/Barne" actuel avec le canal  en bleu.

 

 Canal de Cassagnac Alaric Barne Las Plaisance du Gers Arros Adour diviseur de Belloc

 Anecdote :

      L'ouvrage ne fut en réalité jamais complètement achevé. En effet, le contrat de concession prévoyait à l'origine l'irrigation de Plaisance rive gauche mais aussi rive droite. Un aqueduc devait donc traverser l'Arros ! Cet aqueduc qu'on appelait la "Tosse" fut partiellement construit de la rue Armagnac jusqu'à la rive mais ne franchit jamais la rivière. Il était en bois.

Une fois que les moulins furent construits et opérationnels, le concessionnaire n'a certainement pas jugé bon de terminer l'ouvrage sachant que cet important investissement ne lui apporterait aucune retombée supplémentaire. Personne, alors, n'osa porter l'affaire devant les tribunaux...

Un bénéficiaire direct de cette opération  en partie avortée fut le propriétaire du moulin du Tilhet placé directement en aval sur l'Arros qui vit son débit augmenter considérablement avec l'apport du canal.

Digue des Charrutots ou carrutots

 

 

 

La digue des Charrutots à Tieste ( alt : 152 m) qui permet la dérivation vers le tronc commun Alaric/Canal de Cassagnac.

Canal de dérivation du Cassagnac et Alaric

 

 

Canal de dérivation des eaux de l'Adour avec son système de régulation de débit. Y sont implantées 2 vannes manuelles et 2 vannes motorisées permettant une commande à distance.

Embouchure de l'Alaric

 

Embouchure du Canal de l'Alaric aux Charrutots.

 

L'Alaric est un canal qui prend sa source dans l'Adour au Nord de Bagnères de Bigorre et reste parallèle au fleuve jusqu'à Cahuzac sur Adour. Long de près de 80 km, il se confond, sur certaines portions, avec de petits ruisseaux ou de petites rivières comme l'Estéous  au nord de Rabastens de Bigorre.

 

 

 

Départ du tronc commun Bas-Alaric/Canal de Cassagnac. A gauche (partie rénovée du pont) les eaux provenant de l'Alaric, à droite celles provenant de l'Adour.

Au premier plan on peut observer le déversoir qui permet de renvoyer le trop plein dans le fleuve.

 

 

 

 

 

Départ du tronc commun côté aval.

 

 

Le diviseur de Belloc (alt : 150 m) sur la commune de Jû-Belloc.

Au premier plan en bas de la photo, le départ vers Plaisance est à gauche.

A droite le prolongement de l'Alaric appelé aussi sur ce tronçon "Canal des Moulins" ou "Bas Alaric"

Canal de Cassagnac à Plaisance du Gers

 

 

 

Le Canal de Cassagnac à Plaisance où le débit réservé doit être de 36 m3/h minimum.

C'est ici que s'embranchait "La Tosse", l'aqueduc en bois destiné à  franchir l'Arros.