La baronnie et le château de Lengros

 

Le château sur le cadastre napoléonien de 1826.


   La baronnie devait certainement se confondre avec l'ancienne paroisse de Saint-Aunis et recouvrait en partie l'actuel village de Saint-Aunix Lengros et les quartiers des "Contes" et des "Avérons" au Sud de Plaisance.

  Le château était situé  sur le territoire de l'ancienne commune de Lengros  (alors distincte de celle de Saint-Aunis). La séparation entre les deux entités est matérialisée par la ligne tracée  en rouge sur la carte du village ci-contre.

Les deux communes furent réunies par ordonnance du Roi Louis XVIII, le 26 juin 1822, conformément au souhait des deux conseils municipaux.


Nota : le x de Saint-Aunix ne sera définitivement employé qu'à partir de la IIIème République. Au cours du XIXème siècle les deux écritures étaient utilisées mais principalement Saint-Aunis. Sur des actes paroissiaux de l'Ancien Régime, un curé écrivait même Saint-Onis !

 Le château a aujourd'hui complètement disparu. Il était situé sur le chemin qui mène à Beaumarchès.

 

Sur la carte de Cassini (1770), il est bien sûr indiqué et on peut noter qu'il abritait une chapelle.

On peut aussi souligner l'importance du célèbre bois de Lengros sous l'Ancien Régime. Comme tous les bois de plaine il a progressivement été réduit à la portion congrue et a été définitivement défriché au début des années 2000.

Saint-Aunix Lengros Baronnie

 Ci-contre à gauche : le château, tel que sur le plan napoléonien de 1826, transposé sur une photo aérienne de 2013.

Il ne subsiste plus aujourd'hui que l'entrée du château au Nord avec un petit bouquet d'arbres.

Le château était ceint de fossés (en bleu) et certainement d'une fortification. Une tour est matérialisée sur le cadastre à l'est du bâtiment Sud.

Une chapelle de fortune y fut un temps établie pour faire face à l'impossibilité d'utiliser l'église paroissiale endommagée par la tempête de 1688.

 


 La baronnie de Lengros, faisant partie du territoire de Rive Haute au Moyen Age, était vassale de la seigneurie de la Devèze et/ou vassale des seigneurs de Labatut.

 

Sous Louis XV, Antoine de Rivière est baron et seigneur de Lengros. Il décède en la paroisse de Saint-Aunis, le 4 avril 1756. Etienne de Pujo de Labatut lui succède.