L'ancien château des Duclos-Polastron

à Ladevèze-Rivière

 

Château de Polastron Ladevèze-Rivière

   

       Cet ancien château de plaine était situé à Ladevèze-Rivière, section de Saint-Laurent. Propriété de la famille Duclos, puis Duclos-Polastron à partir de 1743, il ne reste malheureusement presque plus aucun vestige du vieil édifice. Son influence était pourtant très importante à l'époque comme on peut le constater sur la carte de Cassini  du XVIIIème siècle ( voir ci-dessus).

 

Château Polastron Ladevèze-Rivière La Devèze

   Sa situation géographique n'est pas sans rappeler celle du Château de Lengros situé lui aussi dans la plaine de l'Arros, 3 km plus au nord à Saint-Aunix Lengros.

  Seul vestige encore visible de l'édifice, une vieille grange en pierre a partiellement été démolie (étêtée) début janvier 2017 pour laisser place à un pivot d'irrigation agricole.

 


 

     Ci-dessous à gauche, le château tel qu'il était sous la Monarchie de Juillet (cadastre napoléonien de 1839). On peut constater que la surface bâtie était encore importante. A droite, une superposition du château sur ce qu'il restait encore fin 2016.

Château Polastron Ladevèze-Rivière La Devèze

Ruines du château de Polastron La Devèze Saint-Laurent

Ci-dessus, ce qu'il subsiste du vieil édifice début 2017.

  Au XIXème siècle, le quartier de la plaine, section de Saint-Laurent où était situé le château était nommé "Quartier de la Castille" toponyme qui rappelle le  château. Certaines parcelles agricoles situées à proximité portent encore aujourd'hui le nom "Au Château".

Une tour était encore présente début XXème et servait de lieu de stockage de fourrage. Malheureusement un incendie l'a ravagée vers 1930. Elle fut alors démolie et les pierres vendues et réutilisées pour stabiliser la chaussée de la côte de la Vierge à Beaumarchès.

 


 

Les Duclos, une grande famille de Rivière-Basse sous l'Ancien Régime...

    La famille Du Clos certainement contracté en Duclos est parente des Duclos, seigneurs de Goux.  Les Duclos de Saint Laurent sont aussi seigneurs d'Auriébat. On retrouve ainsi sous le règne de Louis XIII, un certain Jacques Duclos, procureur du Roi en Rivière-Basse, marié le 3 juin 1604 à Plaisante de Laborie de Saint-Germain. Leur fils Raymond Duclos est juge royal de Rivière-Basse sous le règne de Louis XIV.

Le petit fils de Jacques Duclos, Jean-Marc Duclos occupe la prestigieuse fonction de maître des requêtes en 1700 et est conseiller au parlement de Toulouse en 1716.

    Il aura deux filles, Dame Catherine Duclos et Demoiselle Augustine, Pauline Duclos. Si cette dernière ne s'est jamais mariée, Catherine a épousé Joseph François de Polastron La Hillère, seigneur de Grépiac près de Toulouse en 1743.

   De cette union naquirent quatre enfants (deux garçons et deux filles): Jean-Jacques Joseph, Etienne Gabriel, Anne-Marianne et Astugue. Si l'aîné hérita du titre de marquis de Grépiac, le cadet Etienne Gabriel hérita du château de sa mère à Saint-Laurent.

 

   Etienne Gabriel de Polastron est né en 1749. Il a épousé Magdeleine de Lupé avec qui il a eu au moins deux enfants dont Charles né à Ladevèze-Rivière le 12 pluviôse an 8 (1er février 1800) et Eugène né le 2 mai 1807 et décédé le 9 septembre de la même année. C'est la dernière génération de la famille recensée à Ladevèze.

Ci-contre, l'acte de naissance de Charles  Polastron.

Acte de naissance de Charles Isidore Joseph Ferdinand de Polastron le 12 pluviôse an 8

     Traduction : Aujourd'hui, douze pluviôse an huit de la République française par devant nous Bertrand Clavel agent municipal de la commune de Ladevèze-Rivière, canton de Beaumarchès, département du Gers, en conséquence des ordres qui nous ont été adressés pour constater les actes de naissance est comparu devant nous Joseph, Gabriel, Etienne Polastron habitant de la présente commune assisté de Jean et Anne Domerc frères habitant de la présente commune, cultivateurs. Le premier âgé de quarante ans et l'autre de trente-huit qui nous ont déclaré que la citoyenne Etiennette, Magdeleine Lupé, épouse dudit Polastron s'est accouchée ce jourd'hui à six heures du matin dudit jour de légitime mariage d'un garçon auquel nous avons apposé le nom de Charles, Isidore, Joseph, Ferdinand Polastron. D'après cette déclaration que les susdit témoins ont certifié conforme à la Vérité et la Représentation qui nous ont été faite dudit garçon ci dénommé, nous avons, en vertu des pouvoirs qui nous sont délégués, couché le présent acte que j'ai signé avec les susdits témoin et dudit Polastron père, de ci par nous requis, fait à la maison commune de Ladevèze-Rivière les an et jour ci-dessus.

 

Deux remarques :

      Nous sommes encore sous la Ière République et on peut noter l'absence de particule devant le patronyme Polastron. Celle ci réapparaîtra sur des actes postérieurs, notamment sous le premier Empire.

      La commune de Ladevèze-Rivière née du démembrement de la communauté de La Devèze en 1789 dépendait depuis 1790 du canton de Beaumarchès. Ce canton fut supprimé en 1804 et la commune fut rattachée à Marciac.

 

Le château et ses possessions :

 

   La surface du château  représente encore plus de 1300 m2 au sol en 1839. En 1770, un inventaire (1) est effectué suite au décès de Jean-Marc Duclos par François Broquâ*, bourgeois de Saint-Aunix. Il mentionne que le défunt possèdait, outre le château, trois métairies à Saint-Laurent toutes composées de granges, écuries, basse-cour, jardins et terres labourables.

  1. La métairie de la Nachette au lieu dit "Au Coyne",
  2. La métairie de Noguès,
  3. La métairie du Plaçot.

Ci-après, quelques lieux-dits où se trouvaient des terres cultes et incultes à Saint-Laurent : "Lastacade", "Campas", "Touron", "Larqué", "Camparejaou", "Arrivets", "Artigalaou", "Authôu", "Bernapaou", "Moulès", "Lartide", "Nougêt",...

(1) Arch. Dép. du Gers B 288

   Les Duclos possèdaient aussi le moulin de Culausse sur l'Arros à Beaumarchès (aujourd'hui usine plastique Cazaban ) situé à trois kilomètres du château ainsi que des terres aux lieux-dits : "Lasbartes", "Las  Vaches", "Larté", "Molles", "Lascoumères"...

Ils étaient aussi propriétaires à Saint-Justin mais surtout à Auriébat où ils disposaient d'un second château, d'un autre moulin ainsi que des terres. La surface totale des possessions du sieur Duclos fut estimée à 750 sacs soit environ 150 ha.

 

Moulin de Culausse Beaumarchès

Ci-contre : le moulin de Culausse vers 1830


*François Broquâ était le père de Joseph Broca et le grand-père de Guillaume Broca qui fut maire de Saint-Aunix sous le premier Empire et la Restauration.