Les églises de Plaisance

 

Deux églises romanes à l'origine 

   Le hameau primitif de Ribaute, premier foyer de peuplement du lieu, abritait déjà une petite église romane. Celle-ci était dédiée à Sainte-Quitterie et était desservie par les chanoines prémontrés de la Case-Dieu.

La naissance de la bastide toute proche en 1322 coïncide certainement avec la construction de la deuxième église, la chapelle Saint-Nicolas

   Ci-contre à doite, la localisation des deux édifices aujourd'hui disparus rapportée sur un plan de Plaisance actuel.

 L'église Sainte-Quitterie se trouvait à l'extérieur de la bastide  alors que la chapelle Saint-Nicolas était située à l'intérieur des murs, à proximité immédiate de la rivière.

Ci-dessous, sur le plan de la bastide de 1760, on distingue bien cette dernière.


La chapelle Saint-Nicolas semble avoir disparu peu après la période révolutionnaire et il ne subsiste que sa belle porte du XVIème siècle qui est actuellement ré-employée comme porte d'entrée de la mairie, côté Arros.

La petite église était bordée d'un cimetière, perceptible sur le plan ci-contre, dans lequel les familles de notables avaient leurs sépultures.


  Sur le plan de l'an XI (1803), ci-contre à droite, on distingue l'église Sainte-Quitterie et son cimetière. Elle était située au nord du vieux cimetière actuel et à quelques centaines de mètres au sud de la bastide. Démolie puis reconstruite à la veille de la Révolution (1788), il fut un temps envisagé de l'agrandir pour faire face à la forte croissance démographique du bourg. Ainsi en 1826, le conseil de fabrique se prononce pour l'ajout de deux nefs latérales, d'une rehausse de 2 m de la nef existante et d'un remplacement de la toiture existante par une toiture bitumée. 


 Finalement en 1837 ce projet est abandonné au profit d'un nouveau : la  construction d'un nouvel édifice.

 Ci-contre à gauche, une pierre de taille provenant de la vieille église Sainte-Quitterie et portant la date de sa reconstruction (1788). Elle a été scellée dans le mur du cimetière Sainte-Quitterie à gauche du portail d'entrée lors de la démolition de 1868.

L'édifice n'aura vécu que 80 ans.

L'ancien maître autel de l'église Sainte-Quitterie, réalisée par l'artiste marbrier Nelly de Toulouse en 1825, se trouve aujourd'hui dans l'église de Mondébat.


  Sur le plan cadastral napoléonien de 1826 ci-contre à gauche, bien plus précis, l'église Sainte-Quitterie est parfaitement représentée face au vieil hôpital Sainte-Croix du XVIIème siècle (collège actuel).

 

Les offices seront célébrés à Sainte-Quitterie jusqu'en 1862 date à laquelle les fidèles seront accueillis dans la nouvelle église.


Le nouveau projet ...

   Après plusieurs années de tergiversations et sous l'impulsion du curé de Plaisance, Jean-Pierre Palanque (1796-1867), un site d'implantation fut envisagé dans les jardins proches du noyau ancien.

  

  Ci-contre à droite et en rouge, le premier emplacement envisagé resitué sur le plan actuel de la ville. 

 

Parallèlement, l'édification sous la Monarchie de Juillet, de la nouvelle place aux grains à l'ouest dans le nouveau quartier  inspire les édiles de l'époque qui voient l'opportunité de créer un ensemble monumental en implantant l'église au sud et dans le prolongement de cette nouvelle place aux grains. 

C'est finalement ce dernier projet qui verra le jour et qui débutera en 1854 sous le mandat du maire Pierre  Maur.

Les pierres pour la construction seront issues des carrières de Tasque et Mondébat.

En 1862, la première messe est célébrée mais le clocher n'est pas encore achevé (il le sera en 1870).

La fin du Second Empire verra la démolition de l'église Sainte-Quitterie (1868) malgré l'opposition de quelques fidèles. Ses matériaux serviront à ériger  le campanile et la flèche qui culmine à 47 m (50 m avec la croix).

L'architecte n'est autre qu'Hippolyte Durand qui bâtira notamment quelques années plus tard la basilique de Lourdes.

Avec son église de style néogothique, imposante et très élancée, Plaisance possède enfin un lieu de culte digne de son rang.

L'abbé Palanque n'aura malheureusement pas pu assister à l'achèvement des travaux puisqu'il décédera le 18 avril 1867.

 


   Quelques années plus tard, un magnifique parc arboré ceint de magnifiques grilles, viendra parfaire l'ensemble. Deux statues de la Vierge et de Jeanne d'Arc viendront aussi s'ajouter sur le parvis.

La photo aérienne ci-contre datant du début des années 1950 permet de se rendre compte de l'aboutissement du projet initié en 1837. La nouvelle église dédiée à la Vierge renferme de magnifiques vitraux ainsi que des sculptures de grande qualité.


Angelot sculpté cul de lampe église Sainte-Quitterie Plaisance Gers

Angelot sculpté de l'église Sainte-Quitterie (début XVème)

  L'édifice conserve aussi quelques vestiges de l'ancienne église Sainte-Quitterie comme ce cul de lampe sculpté datant du début XVème représentant un angelot tenant dans ses bras un écu. L'archevêque d'Auch, Monseigneur Nicolas Augustin de la Croix d'Azolette, en visite pastorale en 1840, disait ceci: "l'église de Plaisance fut bâtie en 1788 à l'emplacement de l'ancienne. C'est le même portail. Les deux chapelles ont été faites avec les matériaux de l'ancienne église. Les deux petits supports de têtes qui reçoivent la retombée des voûtes d'une de ces chapelles méritent d'être conservés".

Don de la famille Labadie de Plaisance, il est aujourd'hui situé bas côté oriental de l'église au dessus des pierres de l'abbaye de la Case-Dieu.