L'usine électrique de Léonce Rosapelly

à Plaisance du Gers

Electricité Rosapelly à Plaisance du Gers 1893 Rivière-Basse Moulin électrification

L'ancien Foulon lors des grandes eaux en hiver

     C'est le Foulon, plus tard nommé "la scierie", second moulin du canal dit de "Rousset" visible depuis le pont de pierre à l'entrée de Plaisance, qui sera en partie transformé en usine électrique à la fin du XIXème siècle (1892). 

Cet édifice fut construit par  Henri Saint-Pierre Lespéret (1761-1847) au début du  XIXème siècle en bout du canal de restitution du vieux moulin seigneurial afin de profiter de la chute encore disponible. Il possédait alors un important complexe, principalement minotier (avec le moulin à grain) mais aussi textile (avec la carderie/filature au Foulon).

Il restera dans la famille Saint-Pierre Lespéret jusqu'en 1864.  


 En 1864, date du décès de Dominiquette Ducuing, fille d'Henri Saint-Pierre Lespéret, le complexe est racheté par le riche négociant Jean-Marie Rosapelly (1821-1878). S'y implantent une scierie et une batteuse fixe. L'activité textile est conservée.

 

  En 1892, son fils Léonce Rosapelly y installe la dynamo de Gramme qui, entraînée en rotation par la mécanique du moulin, alimente en électricité le centre ville de Plaisance (les écarts n'étaient pas encore concernés). La lumière "électrique" fait alors son apparition dans les rues et les habitations (une ou deux lampes par foyer).

La dynamo de Gramme  était une génératrice électrique fournissant un courant continu (différente des génératrices actuelles dites "alternateurs" qui produisent un courant alternatif).

 

    La dynamo de Zénobe Gramme

 

Dynamo de Gramme Rosapelly électricité Plaisance du Gers

Ci-dessous : une vidéo de la dynamo entraînée par un  vieux moteur thermique qui remplace la turbine du moulin.


La municipalité de l'époque concédera à M. Rosapelly, la production et distribution de l'électricité pour une période de 30 ans. A partir de 1923, l'arrivée des lignes à haute tension en provenance des vallées pyrénéennes permit d'alimenter toutes les habitations rendant obsolète la fameuse dynamo...

Léonce Rosapelly est né à Plaisance du Gers le 9 avril 1852, issu d'une famille de notables de Plaisance. Fils de Jean-Marie, Valentin Rosapelly, négociant en vin et Marie Despiau, il était aussi le petit fils de Jean Rosapelly (1781-1850), maître teinturier et Justine Verdier (1788-1882). Cette dernière était la fille de Bernard Verdier, drapier et descendant de générations de tanneurs à Plaisance.

Il fut un des pionniers de l'électrification au niveau national.

 Léonce Rosapelly (1852-1939)


 

  Le Foulon redevint une scierie jusqu'au milieu des années 1940. Malheureusement, la dynamo a aujourd'hui disparu suite aux différents changements de propriétaires.