Beaumarchés, bastide royale

 

  Fondée en l'an 1288,  Beaumarchés est la plus ancienne des trois bastides de Rivière-Basse.

C'est sous l'impulsion d'Arnault Guilhem de Monlezun, comte de Pardiac, qu'est envisagée l'édification d'une ville neuve aux frontières du comté afin de faire face au "dangereux" voisin, le comte d'Armagnac, Bernard VI. Son fils,  Jean Ier, ripostera un quart de siècle plus tard en fondant une ville neuve rivale, la bastide d'Armagnac : Plaisance.

Arnault Guilhem, alors inféodé à la couronne de France, fit donc appel au Roi, lequel lui répondit favorablement par l'intermédiaire de son sénéchal, Eustache de Beaumarchés.

Le contrat de paréage fut établi le 23 mai 1288 sous le règne de Philippe le Bel. Le plan de la bastide servira de base à celle de Marciac construite 10 ans plus tard.

 

Beaumarchès Bastide Royale Rivière-Basse Marciac Plaisance Gers

On retrouve le tracé originel sur le plan napoléonien ci-contre, sur lequel sont ajoutées la ligne des fortifications et les portes. Il faut aussi imaginer que les murailles étaient ceintes d'un imposant fossé.

Bien que d'une surface de 11 ha, l'habitat de la bastide était essentiellement concentré autour de la place du marché (avec sa halle) et de l'Eglise.

Le nombre de portes varient suivant les époques. A l'origine seules les portes de Bassoues au N-E et de Marciac au S-E semblent être présentes.


   La bastide de Beaumarchés s'inscrit dans un grand rectangle de 7 par 5 moulons (ou îlots)  quasiment identiques de  60 par 60 m. Les quatre coins sont généralement tronqués de manière à ne pas présenter d'angles trop saillants, plus faciles à attaquer.

La halle et l'église occupent une position centrale et sont séparées par un moulon, comme de nombreuses bastides gasconnes, Marciac en particulier.

géométrie bastide de Beaumarchès

 Ci-contre, une photo satellite de 2013 sur laquelle est ajouté le mur d'enceinte de la bastide. Le quadrillage des rues est bien visible. La bastide de Beaumarchés est beaucoup moins géométrique que celle de Marciac du fait de son emplacement : bâtie sur une colline, la symétrie fut plus difficile à respecter.

Les remparts, en très mauvais état début XVIIème, furent progressivement démolis. Les matériaux servirent à bâtir de nouvelles constructions et à combler les fossés.

Bastide Royale de Beaumarchès Marciac Plaisance du Gers Rivière-Basse

                Nota : Beaumarchés fut chef lieu de canton en 1790 avant d'être rattaché à Plaisance en 1804.

   D'un point de vue religieux, Beaumarchès était au Moyen-Age et sous l'Ancien-Régime une subdivision du diocèse d'Auch, un archiprêtré. Cet archiprêtré comptait pas moins de douze paroisses et une abbaye.

  • Beaumarchés
  • Andenac (Juillac)
  • Armous
  • Cayron
  • Coutens
  • Estieux
  • Lasserrade
  • Mondébat
  • Paris de Sous-Dessus (Couloumé)
  • Pouydraguin et son annexe Croute
  • Ricau et son annexe Boussas
  • Sous-Débat (Loussous Débat)
  • L'abbaye de la Case-Dieu
Archiprêtré de Beaumarchès diocèse d'Auch

L'archiprêtré de Beaumarchés à la limite du diocèse de Tarbes