Monastère abbaye de la Case Dieu Beaumarchès 1135 1840

                                                                                   L'abbaye vers  1840 par Alexandre Ducourneau


  Dès la fin du XIème siècle, l'Espagne entreprenait "la Reconquista" sur les Maures par le nord, libérant la route vers la tombe de l'apôtre Jacques à Compostelle. Venus de toute l'Europe, les pèlerins affluent. Les Pyrénées n'étant franchissables qu'à leurs  extrémités, les différentes routes convergèrent tout naturellement vers le sud-ouest de la France de l'époque. Ce nouveau lieu de passage attira le pouvoir religieux et tout particulièrement monastique. C'est ainsi que de nombreuses abbayes virent le jour en Gascogne et en Rivière-Basse notamment.


Monastère Abbaye de la Case-Dieu Caze Dieu

  Les abbayes de Tasque, Maubourguet et Beaumarchès seront construites à cette époque. De Tasque  ne subsiste plus  aujourd'hui que l'église abbatiale Saint-Pierre tout comme pour Maubourguet et l'abbatiale de l'Assomption. Malheureusement, de Beaumarchès, ne subsiste quasiment plus rien sinon des "morceaux", disséminés de-ci de-là dans la région. Pourtant ce fût l'abbaye la plus influente du pays de Rivière-Basse : l'Abbaye de la Case Dieu.

 

L'abbaye sur la carte de Cassini vers 1770


                                                                         

         Situation géographique

La Case Dieu Lacazedieu Lacasedieu Beaumarchès Marciac
La Case Dieu Lacazedieu Lacasedieu Beaumarchès Marciac

  Située dans la plaine aujourd'hui sur la commune de Beaumarchès à proximité du confluent Bouès/Arros, elle joua un rôle très important notamment dans l'édification des Bastides (Marciac en 1298 puis Plaisance du Gers en 1322). Fondée vers 1135 par Pierre, Comte de Bigorre et Guillaume II d'Andozile, archevêque d'Auch, elle administrait de nombreux biens  comme des granges monastiques ou des moulins (moulin de Plaisance, d'Espalanque, de Lacazedieu à Pallanne, grange de Rousset, ...) et était habitée par des chanoines Prémontrés dirigés par un abbé. Certains d'entre-eux furent à l'origine de familles de seigneurs comme Gaillard de Lupé à La Serrada (Lasserrade) ou autres notables de Rivière-Basse.

Chanoine de La Case Dieu Lacazedieu

    Un chanoine prémontré


 Ce monastère compta jusqu'à plus de cent personnes à son apogée. Ils n'étaient plus qu'une demi-douzaine à la fin de l'Ancien Régime. L'abbaye fut complètement démantelée après la Révolution. 

 

 L'abbé de la Case-Dieu avait aussi sa résidence à Marciac. C'était une maison forte (voir ci-contre)

avec meurtrières dans laquelle se traitaient les différentes transactions entre l'abbaye et les seigneurs locaux.

Elle est située sur la place au milieu du côté Nord et jouxte la Mairie .


Des vestiges disséminés ...

Cliché original de Robert Samson, fils de Julien(1938)

  On trouve de nombreux vestiges architecturaux  et des matériaux principalement à Marciac et Beaumarchès bien sûr mais aussi dans de nombreux villages de Rivière-Basse (Ladevèze, Labatut, Plaisance, Castelnau ...).

 Ci-contre, un exemple d'éléments de décor de La Case-Dieu réemployés pour l'édification du Monument de la Paix à Cayron sur la commune de Beaumarchès.

L'initiateur et architecte de ce calvaire n'est autre que  le félibre Julien Samson (1881-1943) de Cayron. Son épée d'officier de la Grande Guerre est d'ailleurs enfouie dans le monument. L'inauguration eut lieu le 13 novembre 1938 en présence de l'Archevêque d'Auch, Mgr Béguin.


Ci-contre à droite, un chapiteau double provenant certainement du cloître gothique de La Case-Dieu et retrouvé comme support de la chaire de l'église de Marciac.

 

Ci-dessous, un autre élément retrouvé dans une ferme à Ladevèze.

Abbaye de la Case Dieu Ladevèze Beaumarchès
Abbaye de la Case Dieu Marciac Beaumarchès

 

Le Marquis Pierre Clair de Fondeville (1755-1829) de Labatut-Rivière  fut un temps propriétaire de l'abbaye fin XVIIIème début XIXème. C'est certainement lui qui acheva son démantèlement.

 

 

 

 

 

Voir ci-contre, une table d'autel de la Case-Dieu dressée contre l'église de Labatut et réemployée comme plaque mortuaire géante par sa famille.


 

Que reste t-il sur place ?

  Ci-dessous une juxtaposition de l'abbaye début XIXème avec ce qu'il en reste et début XXIème siècle, soit 200 ans d'écart. L'étendue du domaine était de près de 3 ha. L'abbaye fut fortifiée à une époque et ceinturée par un large fossé, en partie perceptible sur le cadastre napoléonien (à gauche).

Les deux seuls bâtiments qui existent encore sont visibles sur la photo aérienne. Ils renferment chacun des éléments architecturaux de l'abbaye.

Abbaye La Case Dieu Lacasedieu Lacazedieu Beaumarchès

  Une légende locale voudrait qu'il existât un souterrain reliant l'abbaye de la Case Dieu et le Château de Ladevèze-Ville aujourd'hui pratiquement disparu (proche de l'église de la Madeleine); Et qu'une chèvre en or y aurait été entreposée lors de la prise de la Ville par le Prince Noir...